Embauche-CM---ReflexeMedia

On embauche des Community Manager ?

Le community management vu au travers des cursus se développant un peu partout, nous laisserait ainsi croire à un réel potentiel pour l’embauche

Qu’en est-il réellement des embauches de community manager ?

Nombreux sont les centres de formations spécialisés, les grandes écoles, les formateurs indépendants etc… proposant des cursus pour le futur community manager. A en croire ce développement et ce tel engouement pour le métier, on pourrait penser à un réel potentiel d’embauche sur ce poste. Cependant si on observe un peu le marché et les community manager qui sont sortis de leurs cursus sur ces 2 dernières années, on constate qu’il n’est pas aisé de trouver un poste en CDI. Si les stages proposés à tout va sont bien au rendez-vous ! qu’en est-il de l’embauche du community manager débouchant sur un CDI ? Ils sont rares à mon sens.

J’aimerais fortement m’égarer sur ce constat, et j’invite alors les community manager en poste ou en recherche, à laisser leurs commentaires pour comprendre la situation et comment elle est vécue de l’intérieur. Avez-vous été embauché à l’issue d’un stage, êtes-vous toujours en recherche, et si oui depuis combien de temps ? Quels sont vos remarques et/ou conseils pour les futurs arrivants ?

Community Manager ! est-ce un métier d’avenir ?

Si on considère l’embauche des futurs profils dans « métier d’avenir », on serait vite tenté de répondre par la négative ! si on regarde d’un peu plus près à la valeur-ajoutée pour la marque et l’entreprise, on serait d’accord en majorité pour dire oui ! le community manager est bien un métier d’avenir.

Le community manager est un réel métier d’avenir dans l’univers du net, et pour qui possède la maturité digitale requise

Encore une fois, combien sont les entreprises prêtes à communiquer sur internet en intégrant la notion de R.O.I. sur un travail à moyen terme ou long terme. Si certains se construisent rapidement une présence sur le web, il n’en est pas ainsi pour tout le monde. Certaines marques restent encore méconnues du public, et nombres d’entreprises sont encore à l’ère du papier et des services enclavés à l’ancienne. Comment vendre une prestation de community management à ces entités, avant même de leur parler de digital ? Il est peut-être possible qu’un tremplin existe entre les 2, mais ce serait sans doute au community manager de savoir se vendre au travers de cette problématique.

Community Manager indépendant ! une issue de secours ?

Face à un manque d’embauche certain ! les indépendants sont à l’inverse nombreux si on observe un peu les réseaux sociaux. Vous avez certainement dans vos contacts, si vous œuvrez dans l’univers social media, quelques community manager qui se sont lancés dans l’aventure indépendante. On peut dire pour une partie d’entre eux qu’il y a eu une certaine volonté à vouloir créer sa boite ou prendre un statut d’auto-entrepreneur, mais c’est pas vrai pour tout le monde. Le manque d’embauche a surtout boosté le désir de proposer ses services en mode solo-entrepreneur. Ce qui reste louable au travers de ce constat c’est de faire vivre le métier et de continuer à pousser le digital vers le haut !

Le lancement dans la création d’une structure n’est certes pas simple, ne serait-ce qu’en intégrant tout le travail que cela représente pour développer son offre et surtout la faire connaitre. A ce sujet on regretterais presque de penser à « issue de secours » mais plutôt à la volonté d’entreprendre et de tenter une aventure.

Les petites entreprises ancrées sur le digital, fonctionnent-elles ?

Il va sans dire qu’un constat serait souhaitable à l’heure actuelle

Qui va recenser une bonne poignée d’entreprises qui se sont lancées sur le digital il y a disons 2/3 ans ? Prenant des cas isolés comme des entreprises qui ont assuré une mutation vers le digital, d’autres qui sont parties de rien et plus loin des entreprises qui sont venues au digital pour retrouver un nouveau souffle. Voilà une étude intéressante à mettre sur pieds. On pourrait ainsi saisir les enjeux et mieux s’appuyer dessus pour communiquer, évangéliser, prendre confiance…

Ces entreprises ont-elles eu recours aux services de community manager pour développer leurs business ? Voilà beaucoup de questions auxquelles de futurs entrepreneurs du digital aimeraient obtenir des réponses.

Chez ReflexeMedia nous avons pris position sur le digital, et nous avançons pour en assurer sa visibilité, sa notoriété, avec le désir que l’évolution soit aussi au rendez-vous chez beaucoup d’autres entrepreneurs. Nous avons choisi l’univers du jeu-concours avec Facebook en ce qui nous concerne, le réseau social incontournable pour véhiculer les marques et leurs offres.

Ce qu’il faut se dire, c’est que chacun a aujourd’hui sa place sur internet, et si tout est bien pensé d’un point de vue stratégique, c’est le meilleur point de départ que l’on puisse envisager pour amorcer sa réussite. Le community manager sera à ce sujet un véritable atout pour déployer la stratégie et véhiculer du contenu, faire connaitre la marque, l’entreprise, lui assurer de la visibilité pour l’évolution de son business. Il pourra apporter un peu de créativité, organiser vos jeux-concours… là on pourra vous aider hein !…  tout en contribuant à l’évolution du digital au sein de votre structure. Indirectement il fait office d’évangéliste au travers du net ! la diffusion de contenu, ses interventions, son rôle au sein des réseaux sociaux comme la relation clientèle, le conseil… font justement connaitre à un ensemble d’utilisateurs son métier et le monde du digital.

Ainsi il y a une grosse part d’évolution à avoir du côté des entreprises. Ce sont aussi sur elles que les profils prêts à se lancer vont compter, et sur la maturité à acquérir pour s’introduire plus facilement dans leur murs. Il incombe donc à chacun de véhiculer le digital à son niveau, et si nous faisons notre part, on finira bien par ne plus laisser d’autres choix que le digital pour évoluer, et lisser son offre vers une cible plus large.

Un appel aux solutions plus qu’une conclusion !

Plus qu’une simple conclusion, il est important de partager ici ses expériences, son rôle en tant que community manager et les éventuelles difficultés à trouver un job après avoir suivi un cursus, ou tout simplement en ayant misé sur l’apprentissage comme un autodidacte. Est-ce qu’on embauche des community manager tous les jours dans l’hexagone ? Où sont-ils ? hormis au sein des grandes enseignes, des grandes marques ou des grosses entreprises… on souhaiterait aussi recueillir des témoignages parmi les plus discrets, les plus actifs, les indépendants etc…

N’hésitez pas à nous donner vos sentiments sur la question, et si vous avez des conseils à partager, c’est le moment de les exposer. Des solutions il y en a toujours une à un problème… et parfois plusieurs fort heureusement ! si donc une solution est en votre possession pour aider le futur community manager à trouver un poste, encore une fois lâchez-vous !

Venez partager vos expériences dans les commentaires

 

20 réponses
  1. Cécile
    Cécile says:

    Bonjour Laurent et merci pour cet article !
    Personnellement j’ai commencé comme auto entrepreneur (nineteen.ninety) avec 2 contrats de CM. Puis j’ai été amenée à me rapprocher de ma boîte actuelle (DOZ.com) où j’ai commencé en tant que freelance puis embauchée en CDI. Alors certes le salaire n’est pas celui d’un cadre mais être embauché à plein temps en temps que CM, comme tu l’expliques dans ton article, c’est encore très rare. Avec un peu de chance tous ces stages de CM que l’on voit actuellement déboucheront sur de vrais contrats et les l’importance du community management sera enfin reconnue !

    Répondre
    • Laurent Bour
      Laurent Bour says:

      Bonjour Cécile,
      C’est moi qui te remercie pour ton retour. Effectivement les embauches sont encore rares, et un autre point que tu soulignes c’est le salaire qui n’est pas le reflet du travail et des heures fournis. Mais ça c’est un autre débat ! Je suis content que dans ton cas cela ai pu déboucher sur un CDI. Ça permet au moins de construire son expérience et ainsi d’évoluer par la suite.

      Répondre
  2. leslie
    leslie says:

    Bonjour,

    je suis fraîchement diplômée d’une école de communication en Belgique et je possède un Master en Relations Publiques.
    J’ai obtenu un CDI dans une PME pour suivre la refonte du site web et m’en occuper par la suite, voici ma fonction principale.
    Très vite on m’a demandé de gérer les réseaux sociaux (sans pour autant me donner du contenu) bien malgré moi… J’apprends sur le tas même si de part ma formation j’ai une certaine « sensibilité » ou une approche plus aisée des médias mais en aucun cas j’ai une « formation » de type community manager.
    Le changement s’opère tout doucement au sein des PME, les responsables se rendent compte que c’est un job à part entière mais ils ne savent pas « comment ça se passe », ni comment s’organiser face à ça.

    Je pense que les formations pour « community manager » sont pas mal mais je crois surtout que des formations complémentaires sont plus judicieuses. Je ne sais pas si des PME peuvent débloquer des sommes juste pour un community manager mais pour un assistant com’ ou chargé de com’ oui.

    Bref voilà mon expérience et mon retour sur l’article.

    Leslie

    Répondre
    • Laurent Bour
      Laurent Bour says:

      Bonjour Leslie,
      Merci pour retour. Dans ton cas tu auras pour rôle d’évangéliser tes supérieurs, ce qui est bien si tu as des interlocuteurs à l’écoute… mais prudence sur la façon d’amener le discours car s’ils ne maitrisent pas le sujet ça peut faire peur. Tu peux par contre demander à faire une formation dans le cadre d’une évolution en matière de tâches à accomplir, mais je ne connais pas les possibilités en Belgique comme le DIF chez nous par exemple. En France il y a des subventions et surtout des cotisations obligatoires de la part des employeurs pour la formation, ce qui permet d’envoyer des salariés se former.

      Après il est bien d’avoir plusieurs cordes à son arc comme dans ton cas, ça valorise ton expérience tout en élargissant tes compétences pour une évolution future.

      Encore merci.

      Répondre
  3. Tang
    Tang says:

    Encore un problème d’évangélisation.
    Un petit retard à l’allumage pour comprendre la nécessité de ce poste dans les entreprises.
    Nul doute que l’essor de la fonction viendra rapidement.

    Répondre
  4. FRAGUELA
    FRAGUELA says:

    Bonjour Laurent, je partage ton point de vue et j’ajouterai que ce qui me fait le plus mal au cœur c’est le niveau de rémunération proposé pour les quelques postes de CM que je vois annoncés.
    Il faut rappeler qu’il s’agit d’un poste absolument stratégique pour une entreprise car le CM est en frontal avec les cibles (prospects, clients, partenaires, financiers, écoles, journalistes, candidats, collaborateurs, etc) et c’est un poste qui requiert une disponibilité / flexibilité horaire qui va au delà des 35h et des horaires de bureau 9h-18h, voire un bilinguisme ou plus. C’est un poste qui manie des compétences que peu de gens ont (le fameux mouton à 5 pattes) : marketing, communication, gestion de projets, parfois RH ou juridique.
    Donc, proposer des salaires moyens autour de 25 / 28 k€ pour des personnes avec une expérience significative et un Bac +4 ou +5 c’est juste de l’exploitation ! Soyons francs.
    Alors après on va dire qu’il y a du chômage etc etc. Oui, certes les métiers de la communication sont les premiers touchés quand il y a un plan social (et je parle en connaissance de cause), mais de là à devoir se rabaisser à des niveaux de salaire aussi bas, pour des profils à qui les entreprises demandent d’aller décrocher le saint Graal (des leads et des clients), faut pas pousser non plus.
    De toute manière, c’est le serpent qui se mord la queue, à des niveaux de rémunération aussi bas, on ne peut pas offrir de CDI, mais juste des missions/CDD/Stages. Donc, ça va encore durer un moment.
    Comme les entreprises en France sont encore un peu lentes au démarrage et à la compréhension de l’utilité du Social Media, elles y vont à tâtons : avec des stagiaires, payés au lance pierre, juste pour voir, sans réelle stratégie. On navigue à vue…
    Alors, quand j’entends les médias dire que c’est un métier super demandé, qui est bourré d’avenir, qu’on s’arrache partout les CM, je rigole doucement. Bullshit marketing comme on dit. Je suis désabusée par rapport à tout ça et je te remercie de mettre le doigt sur une réalité qui est malheureusement la panacée.

    Répondre
    • Laurent Bour
      Laurent Bour says:

      Bonsoir Dolores,
      Waouh ! tu t’es lâchée un peu là. En tout cas tu as tout dit et rien n’est à ajouter à ton commentaire. La situation peut s’arranger, ça c’est l’espoir qui fait vivre comme on dit, mais pour les salaires, j’ai l’impression que beaucoup ont fait l’impasse dessus en finissant par se dire « au moins j’ai un job », un CDI… même s’ils ne courent pas les rues, hélas !
      Allez encore un peu de temps et on en reparlera avec le sourire, je l’espère !

      Répondre
  5. Emeline
    Emeline says:

    Bonjour !

    De mon côté je suis Community Manager chez Virgin Radio depuis 2 ans : 2 CDD, 1 CDU…
    Actuellement en effet, je suis à la recherche éventuelle d’un autre poste et il est vrai que je vois beaucoup de CDD OU STAGES pour community manager… et dans les entretiens que je fais parfois on me reproche de faire « trop de choses » que je risque de « m’ennuyer à ce post » et donc finalement, ils optent pour des stagiaires… Sauf que le community management, ce n’est pas que des posts de lolcats. Et le ROI dans tout ça ? Et le référencement ? Et la e-réputation ? Et la veille, bref… Evidemment, puisque les CDI se font rares, il faut bien combler… comme l’article le dit : par du freelance !

    Je suis en effet auto-entrepreneur et j’ai des clients pour qui je suis CM à titre personnel, ou CM externe : Artiste Tété, ou encore une société qui travaille pour UNIVERSAL MUSIC FRANCE, le Jamel Comedy Club etc etc.

    Voilà pour ma petite pierre à l’édifice !

    Merci encore pour votre blog,

    Emeline.

    Répondre
    • Laurent Bour
      Laurent Bour says:

      Bonsoir Emeline et merci pour ton commentaire.

      Je suis déjà content que tu arrives à t’en sortir en indépendante… c’est louable et il faut de la volonté pour parvenir à se faire un salaire convenable. Néanmoins c’est de l’expérience que l’on acquiert et qui ne sera jamais perdue le moment opportun.

      Par contre c’est impressionnant de s’entendre dire en rendez-vous que l’on fait « trop de choses » Le CM a tout de même un éventail large de compétences même s’il ne peut être doué partout. Mais si on y regarde d’un peu plus près il faut bien une multitude de savoir-faire pour ne serait-ce que créer du contenu et le diffuser intelligemment… connaitre les outils, savoir les utiliser, créer sa veille, travailler la visibilité, la e-réputation et animer ses communautés… Certains doivent avoir une idée préconçue du métier, et totalement erronée au passage !

      Merci encore

      Répondre
  6. Charlotte
    Charlotte says:

    Bonjour,

    Votre article est intéressant et montre bien la difficulté d’obtenir un « vrai » contrat pour un poste de CM.
    Pour ma part après un stage de fin d’études et un service civique de 9 mois auprès d’une association en tant que CM j’ai récemment décidé de monter ma micro-entreprise en tant que freelance. Ne trouvant pas de travail et les entreprises préférant prendre des stagiaires, j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes et de me créer mon propre emploi.
    Je continue à regarder les offres d’emploi mais trop de stages sont proposés à mon goût. Le CM est vu par certaines entreprises comme un ‘fourre-tout ». Exemple : l’année dernière je postule à une offre pour du CM et voilà ce que l’on me demande d’être en plus –> graphiste, développeur, webmarketeur et référenceur ! Les bras m’en tombent ! Chaque métier à ses spécificités et même si je peux avoir plusieurs spécialités je ne me considère pas comme un tel couteau suisse.

    Merci de mettre en lumière ces difficultés et espérons que les entreprises vous lisent ! :)

    Charlotte

    Répondre
    • Laurent Bour
      Laurent Bour says:

      Bonjour Charlotte et merci pour ton commentaire,

      Cette difficulté est hélas bien réelle et elle prendra de plein fouet les nouveaux profils arrivants sur le marché du travail. Monter son univers en tant qu’indépendant est un véritable challenge, et une occasion également de se tester sur plusieurs facettes du métier. Il faut en plus faire le commercial pour trouver des affaires. En même temps on peut percevoir cette expérience comme un tremplin, et une carte d’identité à présenter lors d’une embauche. Il faut persévérer pour se faire voir, c’est un fait.

      Le couteau Suisse du net me semble bel et bien être la perception qu’on a du CM, même si encore une fois on ne peut décemment pas être bon partout. Il est préférable d’avoir une ou deux compétences maitrisées qu’un large éventail de connaissances survolé. Voir le CM comme un fourre-tout est une vision totalement déplacée, qui plus est lorsque l’on voudrait le payer au lance-pierres.

      La difficulté est bien là mais à force d’évangéliser, ça finira bien par payer !

      Répondre
  7. Elodie
    Elodie says:

    Bonjour,

    De mon côté je suis Community Manager dans l’industrie des jeux vidéo.
    Je parcours souvent les offres pour voir comment évolue le marché, cependant alors que les stages vont bon train ainsi que les CDD de 1 à 6 mois… les CDI se font de plus en plus rares.

    Il est bien souvent utile d’avoir une personne indépendante pour venir s’occuper du forum et un peu des réseaux sociaux plutôt que d’embaucher.

    À mon sens les places de Community manager restent rares en CDI.

    De plus la vision des entreprises sur le travail d’un CM peut différer du tout au tout. Vous pourriez être très compétent dans l’entreprise A et beaucoup moins compétent dans l’entreprise B car ils ne vous demandent pas la même chose voir des choses qu’un CM ne fait pas. Ou tout simplement car ce n’est pas votre domaine de compétence et bien que le titre du job soit le même, le travail devient différent.
    (Modérer des forum, poster des news et être un spécialiste de l’e-réputation et du développement d’une image digitale, il y a quand même un fossé.)
    Un CM doit être polyvalent, cependant à force d’être trop polyvalent on se retrouve à être une sorte de « Technicien de communication, développeur de site internet, modérateur forum, testeur, traducteur, maître en marketing » et j’en passe bien sûr…

    Sinon pour en arriver à mon poste de CM, j’ai d’abord commencé par du bénévolat dans le jeu vidéo pendant près de 8 ans tout en poursuivant mes études dans l’informatique.
    C’est en m’investissant énormément que j’ai pu me construire un réseau et que je suis arrivée à trouver un job.
    Bien entendu j’ai du partir à l’étranger, les offres d’emplois en France me font doucement sourire la plupart du temps quand ça touche au Community management.

    Je dois cependant avouer que bosser à l’étranger est une source d’expérience formidable et que si je devais le refaire alors je n’hésiterais pas une seule seconde !

    Bref, pour tous les CM en devenir, bon courage à tous et surtout accrochez-vous !

    Répondre
    • Laurent Bour
      Laurent Bour says:

      Bonjour Elodie,

      Merci pour ton commentaire complet. On reste un peu sur sa faim sur le comparatif CM France / étranger, peut-être reviendras-tu nous en dire un peu plus. Sinon l’état est là et le CDI est bel et bien rare à tous les niveaux. Ta remarque sur la polyvalence du CM est une réalité, et à trop vouloir l’être on ne devient spécialiste de rien au final !

      Je reste donc curieux de ton comparatif et de ton expérience à l’étranger ;-)

      Merci encore.

      Répondre
      • Elodie
        Elodie says:

        Bonjour Laurent,

        Concernant mon expérience à l’étranger, il faut tout simplement dire que l’esprit d’entreprise est différent.
        J’ai pu travailler en Allemagne ainsi qu’en Irlande (où je suis toujours) et j’ai eu deux très bonnes expériences.

        En essayant de synthétiser :

        Il y a plus de considération pour l’employé et son avenir ainsi que ses projets au sein de l’entreprise. Ce qui permet de toujours le pousser vers l’avant avec le soutien de ses collègues et de sa hiérarchie tout en lui permettant de se sentir à l’aise dans son environnement de travail (que l’entreprise tente d’améliorer constamment : meilleure chaise, conseils, livraison de fruits, boissons, service de massage ou encore cours de langues étrangères, heures flexibles, formations etc…).

        Globalement parlant, l’entreprise est mieux organisée et les employés sont beaucoup plus respectueux les uns envers les autres (dans tous les sens de la hiérarchie). Ce qui permet de créer un espace sein dans l’entreprise.

        En 4 ans il a vraiment été très rare de voir un problème avec un employé ou l’un de nos supérieurs.
        Arriver le matin au travail et voir des gens souriants (même si on a tous nos problèmes), qui aiment leur job (et c’est un point important) et donc qui globalement contribuent à la bonne ambiance hé bien c’est agréable.
        Je suis contente le matin d’aller travailler.

        Je ne pense malheureusement pas retrouver ça en France.
        Les gens ont un esprit différent, trop critique (supportent mal la critique) et ne prennent pas assez de recul à mon goût.
        Les liens et relations hiérarchiques en France sont très souvent mauvais et par conséquent l’ambiance dans les entreprises en souffre beaucoup.

        Je ne veux pas généraliser bien entendu cependant la culture des entreprises en France et notre façon de la percevoir est sans doute à retravailler et peut être améliorée. (Petite ou grande entreprise bien sûr.)

        Voilà :) Je crois que j’ai dit les choses principales :)

        À bientôt !
        Elodie

        Répondre
        • Laurent Bour
          Laurent Bour says:

          Bonjour Elodie et merci pour ce retour.

          Je comprends mieux ta position, et pour rien au monde je ne remplacerais la joie d’aller au travail si toute une équipe avance dans la bonne humeur et le respect de tous. En France il y a hélas d’autres facteurs navrants dans l’univers du net; jalousie, mesquineries et l’empressement pour beaucoup d’aller pointer du doigt les fautes chez les autres, avant de regarder leurs propres conditions. C’est toujours à celui qui pense être supérieur ou qui peut écraser son prochain…

          Merci beaucoup pour ce partage enrichissant.

          Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Un CDI pour le community manager s'il vous plait ! On trouve des stages, des petites missions… mais où sont les postes ?  […]

  2. […] Un CDI pour le community manager s'il vous plait ! On trouve des stages, des petites missions… mais où sont les postes ?  […]

  3. […] Un CDI pour le community manager s'il vous plait ! On trouve des stages, des petites missions… mais où sont les postes ?  […]

  4. […] Un CDI pour le community manager s'il vous plait ! On trouve des stages, des petites missions… mais où sont les postes ?  […]

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 + six =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>